[LITTÉRATURE] CELLE QUI ATTEND

006352151

Titre : CELLE QUI ATTEND

Auteur : Camille Zabka

Edition : L’Iconoclaste

Nombre de pages : 272 pages

Date de parution : 3 Avril 2019

Genre : Contemporain


Quatrième de couverture 

Il y a ce moment où vous vous faites arrêter pour presque rien. Celui où l’on vous met en prison sans que vous puissiez savoir quand vous en ressortirez. Il y a cette petite fille qui vous attend avec votre femme. Et toutes ces lettres entre vous. Celle qui attend est le roman bouleversant d’une famille soudain entre parenthèses et de ce père confronté à la réalité carcérale – la promiscuité, l’ennui, le manque. Et de ce que les hommes imaginent dans les situations les plus difficiles pour conserver les liens. Réinventer l’amour.


Avis 

Janvier, Alexandre est incarcéré pour un délit de fuite à la prison de Fleury-Mérogis. Très vite, son exutoire devient les lettres qu’il écrit à sa femme Pénélope et leur petite fille Pamina. Chaque jour, il écrit sans discontinuer pour raconter son quotidien à la prison, comment se passe la vie là-bas, ses « compagnons » de cellule, le travail… Sa seule liberté est celle de son coeur et de son esprit, quand il est dans l’attente de recevoir des lettres de sa femme qui lui donne ainsi des nouvelles de sa petite fille, qui lui manque plus que tout au monde.

J’ai dévoré ce livre, que j’ai trouvé très touchant, très vite, malgré l’incarcération d’Alexandre, on s’attache quand même à lui, au père qu’il est et non pas au prisonnier. On vit avec lui, au rythme des descriptions qu’il fait de l’univers carcéral, on attend avec lui, les lettres de sa femme, on enrage quand le système judiciaire se joue de lui et que les autres prisonniers lui font la misère. La fin a été crescendo et m’a émue aux larmes.

C’est un véritable coup de coeur que ce roman inspiré d’une histoire vraie que j’ai lu en une soirée, et que je n’ai pas pu lâcher avant la fin. On suit Alexandre mois après mois, en attendant tout comme lui, Pénélope et Pamina, le jour de sa libération. Je vous recommande vivement ce livre car même si beaucoup d’ouvrages ont déjà traité de la prison (je pense notamment au témoignage sur le quotidien des matons dont je vous avais parlé dans une précédente chronique), ici l’émotion est au rendez-vous, et on se met dans la peau le temps de la lecture d’un prisonnier, qui n’attend qu’une chose, pouvoir serrer dans ses bras, sa femme et sa petite fille. 


Citation

« Il lève les yeux. Un instant infime, tout appliqué qu’il était à écrire, il s’est cru libre. »


Note 

9/10 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s